Allégorie des mélèzes et des sapins

La forêt est constituée d’une multitude d’arbres différents. C’est ce qui constitue sa richesse et sa beauté. Parmi ces arbres, il y a les sapins et les mélèzes, tous deux des conifères avec leurs particularités propres. Le sapin, habillé toute l’année, supporte tempêtes et neige en hiver. Plus fragile en apparence, le mélèze perd ses aiguilles à l’arrivée des frimas; ce n’est pas qu’il est malade ou bizarre, il est juste différent. Avec le printemps, de jeunes et belles aiguilles repousseront, c’est sa particularité, c’est sa normalité.

Les enfants adoptés sont des mélèzes et non des sapins. Le parent adoptif qui s’attendait à recevoir un sapin, a accueilli un mélèze. Et jamais … jamais, un mélèze ne se transformera en sapin. Mais toujours … toujours le mélèze fera partie de l’admirable diversité de la forêt. Si le parent le sait, s’il connaît les particularités du mélèze, il peut rester calme et serein face aux aiguilles qui tombent au début de l’hiver. Il peut célébrer cette différence et s’enrichir de cette autre «normalité», la normalité adoptive.

2016-08-07T09:08:56+00:00