Atelier « Liens du coeur »

Avant les ateliers:

Entretien individuel avec le couple avec Mme Binggeli:

  • Renseignements administratifs
  • Choix du pays et des filières
  • Préparation à l’Adoptparentalité
  • Temps d’attente, association, conférences, bibliothèque, activités
  • Contacts avec d’autres couples pré adoptants, familles adoptives

Ateliers pour couple en pré adoption, avant ou en cours d’enquête sociale

  • Lieu : Centre Adoptons-Nous & Accueil Familial, Route de Neuchâtel 39, 2034 Peseux
  • Une séance  individuelle de 2h
  • Modalité: 4 Ateliers de 19h00 à 22h00
  • Participants : 6 à 7 couples
  • Statut : fortement recommandé
  • Validation : présence 100%
  • Clôture : attestation d’ateliers, français ou /et anglais
  • Validité : 3 ans
  • Prix : 600.- /couple

 Nous travaillons en collaboration avec les services de la protection de la jeunesse des cantons romands

1ère soirée : « Il était une fois… »

Mme Nicole Bigler,
Psychologue-psychothérapeute FSP et praticienne EMDR Europe enfants-adolescents, a travaillé en hospitalier à Neuchâtel et en ambulatoire au Centre de pédopsychiatrie (CPP) à Fribourg. Elle exerce actuellement en cabinet privé à Courgevaux. Elle accompagne des enfants, adolescents et leurs parents, dont des familles avec la composante de l’adoption dans leur chemin de vie. Elle travaille de façon intégrative utilisant plusieurs approches thérapeutiques, dont l’EMDR pour le traitement des traumatismes et des ruptures de liens précoces, notamment.

« Il était une fois… » un enfant que l’on rêve, que l’on attend, longtemps, parfois très longtemps… Il n’arrive pas comme on l’aurait souhaité au début, une épreuve difficile et essentielle à digérer, pour laisser la place, accueillir l’enfant qui vient, enfin, d’ailleurs, avec un passé que l’on connaît plus ou moins, que le parent doit se préparer à lui raconter dès le début.

Cet atelier s’inscrit dans la ligne des 4 soirées de préparation à la parentalité par adoption. Du temps sera consacré à faire connaissance, à échanger entre des couples qui s’inscrivent dans le même souhait, à partager des réflexions qui vont mener à la poursuite de ce projet ou qui vont le modifier.

Il y aura également un tissage entre des témoignages de personnes adoptées et de parents adoptants, avec des temps d’information sur la rencontre entre les mines et les ressources de l’enfant et du parent, afin de tendre vers un attachement sécure dans la relation. 

2ère soirée : « L’abandon et ses remèdes » 

Dr Anandi Janner Steffan,
Dr ès Science
Doctorat en biologie moléculaire, a suivi après des recherches au Medical Research Council Cambridge une formation systémique et en Holding. Elle exerce, au travers de la clarification relationnelle en séances individuelles, de couple et de famille, à la reconstruction des liens. Elle est spécialisée en psycho traumatologie. Elle a suivi toutes les formations dispensées par le Pr Chicoine et Mme Lemieux.

Mieux comprendre l’abandon : la perte de liens et ses conséquences chez l’enfant adopté

  • Les séquelles neurologiques, comportementales et identitaires de l’abandon
  • Mise en situation des participants de l’impact de l’abandon (exercice pratique imaginaire)
  • La résurgence des traumatismes vécus dans la vie quotidienne et le stress chez l’enfant adopté
  • Démonstration et discussion des outils pratiques dont dispose le futur parent adoptif pour rassurer, réconforter et sécuriser l’enfant dès sa rencontre à l’orphelinat
  • La vulnérabilité du parent adoptif – oser être parent
  • Rappeler les alternatives au projet d’adoption
  • Les défis d’adopter un enfant « grand » (3 ans)
  • Adopter une fratrie
  • Adoption mono-parental et Adopter avec la présence d’un enfant biologique

       

3ème soirée : « Découvrir les liens d’Attachement et la Normalité Adoptive »

Dr Nathalie Allaman, Dr ès sciences

Après une formation universitaire, son activité principale a été dédiée pendant 20 ans à la recherche dans le domaine biomédical dans différents instituts universitaires – dont le Shriners Hospital for Crippled Children à Montréal, le CHUV à Lausanne et l’IRO (Institut de Recherche en Ophtalmologie) à Sion-, lui permettant de mieux comprendre le développement de différentes pathologies dont celles du système nerveux, ceci au niveau génétique, épigénétique, moléculaire et cellulaire.

Elle s’est ensuite intéressée au monde des émotions et à leur impact sur les liens familiaux. Formée en attachement et à l’impact des traumatismes précoces sur l’établissement du lien d’attachement, elle exerce en cabinet privé depuis 2016 en tant que psycho-kinésiologue, thérapeute énergéticienne et praticienne en IMP (Intégration motrice primordiale). Elle accompagne les enfants en difficulté et leurs parents.

Un développement différent

Observer et comparer ce que vit un enfant « modèle de base » et un enfant qui connaît l’abandon, puis le placement durant

  • la grossesse
  • la naissance
  • les premières années de vie

L’impact des facteurs suivants sur le développement de l’enfant

  • stress chronique (cortisol)
  • absence du parent (vide, manque de contenance)
  • négligence (manque de soins, de stimulations)
  • ruptures de lien

Plus précisément sur

  • l’attachement et le développement de stratégies d’adaptation (mode SURVIE)
  • permettre aux couples de passer un moment d’observation de leur propre style d’attachement par le biais de questionnaires
  • leur laisser le temps d’échanger
  • l’apparition de syndrome de stress post-traumatique

Le développement du cerveau

L’impact des traumatismes précoces de l’enfant sur la famille adoptive :

  • Les mines qui explosent

Fenêtre de sécurité

Permettre aux couples de passer un moment d’observation :

  • dans quelles situations ont-ils tendance à sortir de leur fenêtre de sécurité
  • quel mode utilisent-ils de préférence (combat, fuite, figement)

La normalité adoptive

De ces premiers mois de vie carencés découle la normalité adoptive. Je développe un peu les points suivants qui permettent aux parents d’entrevoir les comportements adaptatifs « difficiles » que l’enfant adopté va manifester à son arrivée et parfois -souvent- même plusieurs années après son arrivée :

  • l’enfant est un incroyable survivant et ses parents adoptifs des tuteurs de résilience
  • il a besoin de soins particuliers (entretien sophistiqué) (allégorie des fleurs de printemps, …)
  • il a un attachement insécure (solo, velcro, sumo)
  • son monde émotionnel est particulier
  • la gestion du stress au quotidien est difficile
  • il vit de l’insécurité affective et de l’anxiété dans les transitions
  • il est très réactif au situation de rejet, d’abandon
  • son estime de soi est fragile

 

 4ème soirée : « La Santé de l’Enfant Adopté » & « l’attachement en lien avec l’alimentation et le sommeil » (1ère partie)

Dr Isabelle Brun, pédiatre FHM, exerce dans son cabinet privé à Boudry depuis 20 ans. Elle a suivi au Canada, dans le cabinet du Dr Chicoine une expérience clinique et co-anime avec lui, depuis 2 ans des consultations d’expertise. Elle a suivi une formation en attachement, à Québec, auprès de Mme Johanne Lemieux.

A son cabinet, elle reçoit également des enfants TDAH et souffrant de différents troubles de l’apprentissage

L’importance d’une consultation chez un pédiatre ayant des connaissances spécifiques à l’adoption, ceci en pré-adoption tout comme après l’arrivée de l’enfant

  • Première prise de contact avec le pédiatre
  • Etude du dossier médical
  • Demande d’expertise si besoin
  • Prendre connaissance des enjeux de la santé de l’enfant adopté
  • Connaître ses limites et ses ressources face à l’adoption d’un enfant souffrant d’un handicap
  • Troubles du sommeil, de l’alimentation, des apprentissages à la lumière des traumatismes précoces et d’un attachement insécure
  • TDAH

4ème soirée : « Développement sensori-moteur de l’enfant adopté » (2ème partie)

Mme Martine Rouèche, ergothérapeute spécialisée en pédiatrie, formée en attachement par Johanne Lemieux et J-F Chicoine, expérience clinique de plusieurs années en institution et cabinet privé auprès des enfants et adolescents souffrant de troubles d’apprentissage, Dys et du développement , TDAH et TSA.

Maman d’un enfant biologique (16 ans) et d’une enfant adopté d’Haïti (12 ans)

Elle aborde les particularités du développement psychomoteur de l’enfant adopté et du rôle des parents.

En effet, à leur arrivée dans leur famille adoptive, la plupart des enfants adoptés présentent  des particularités sensorielles et un retard du développement psychomoteur dû aux conditions de vie vécues en pré-adoption et durant la grossesse. L’abandon, le stress, la malnutrition de la mère durant la grossesse entrainent des modifications au niveau des structures cérébrales.

Les parents, dès l’arrivée de leur enfant par adoption peuvent, par des stimulations et des jeux adéquats, favoriser le développement psychomoteur, diminuer l’insécurité affective et contribuer à l’installation d’un attachement plus sécure.

Lors des consultations pédiatriques, il faut rester attentif à ce développement psychomoteur. 45% des enfants adoptés ont besoin d’un suivi  en ergothérapie, suite à un diagnostique d’un trouble d’intégration sensorielle.

Accueil d’un enfant à besoin spécifique

• Accueil d’un enfant âgé de quatre ans et plus
• Accueil d’une fratrie
• Accueil d’un enfant souffrant d’une affection réversible ou irréversible, d’une maladie chronique ou d’un handicap
• Accueil d’une enfant par une personne seule
• Accueil d’un enfant dans une famille comprenant des enfants biologiques

Les sujets ci-dessus sont traités dans les quatre ateliers, par nos 5 intervenantes. Nous les encourageons à demander une prise en charge professionnelle dès l’arrivée de l’enfant. Nous leur proposons également une séance individuelle, afin de mettre en lumière les défis supplémentaires qu’engendre l’adoption d’un enfant à besoins spécifiques.

Témoignages tout au long des ateliers :

Stéphanie Baechler Moret :

Apporte son témoignage de jeune femme adoptée à l’âge de 1 an, originaire de Corée. Adoptée par une famille suisse, elle partage son ressenti et éclaire les futurs parents des besoins spécifiques d’un enfant ayant subi une rupture de lien

Sonia et Jean-Marc Dietrich :

Parents par adoption de deux jeunes adolescents de Bolivie, Léa 14 ans et Théo 12 ans. Ils témoignent, en alternance et décrive leur vie de famille au quotidien. N’ayant pas été préparé avant l’arrivée de leurs enfants, ils reviennent sur l’importance de connaître les spécificités de la normalité adoptive. Afin de relever les défis de l’attachement.

Tara Chételat  Mermoud :

Maman par adoption de Lydie, 8 ans, adoptée en Thaïlande à l’âge de 29 mois. La normalité adoptive « automne » de Lydie nécessite une prise en charge professionnelle spécifique. Tara nous partage tout ce qu’elle a dû mettre en place pour accompagner sa fille

Nicole Binggeli :

Présidente et fondatrice d’Adoptons-nous & Accueil Familial. Formée en attachement, elle organise depuis 12 ans, des ateliers en pré et post-adoption

Elle s’est entourée d’une équipe professionnelle pluridisciplinaire formée aux enjeux de l’attachement et des traumas précoces.

Depuis une année,  elle organise des ateliers pour les Familles d’accueil du canton de Neuchâtel

Maman par adoption de 3 jeunes adultes, elle a acquis des compétences et des outils pratiques qu’elle partage avec les parents adoptants et les familles d’accueil.

5ème soirée : « Expertise du service social international – Suisse (SSI) » 

(Organisée une fois par année)

Dr Isabelle Lammerant :

Juriste, spécialisée en droit suisse et international de l’adoption et au bénéfice d’une connaissance approfondie de la situation et des systèmes juridiques des pays d’origine des enfants. Elle est également psychologue et exerce en cabinet privé en France. Elle est aussi consultante du SSI-Suisse concernant les cas d’adoptions internationales

Le service social international bénéficie d’un réseau présent dans 120 pays.

  • Comment choisir le pays d’où viendra mon enfant ?
  • Une adoption est-elle réalisable dans le pays auquel je pense ?
  • Quels sont les risques éthiques et les garanties?
  • Quelle somme accepter de payer et pourquoi ?
  • Pourquoi le temps d’attente est-il si long ?

Soutenons-Nous

Vous désirez partagé vos inquiétudes, vos interrogations, échanger avec d’autre pré-adoptants, des repas en toute simplicité sont également organisé à votre intention, en savoir plus